mardi 13 mars 2007

Tout va très bien, Madame Royal: langue de bois ou erreur cognitive?

Etonnant entreien de Jean-Louis Bianco, co-directeur de la campagne de Ségolène Royal, dans Le Journal du Dimanche du 11 mars (et dont on trouvera des extraits ICI à partir d'une dépêche AP - l'article n'étant pas en ligne sur le site du JDD).

En substance: tout va très bien. Inutile d'infléchir, en fonction des derniers développements de la campagne et des indications des sondages, la stratégie de Ségolène Royal. Son message passe d'ailleurs très bien et "il n'y a jamais eu autant de monde dans les meetings et réunions publiques", (ce qui est sans doute vrai et s'observe pour tous les candidats car, cette année, l'intérêt pour la campagne est nettement plus fort qu'en 2002). Enfin, Jean-Louis Bianco nie que certains électeurs socialistes puissent être séduits par François Bayrou, estimant que les médias ont créé "un effet de loupe et l'ont mis à la mode".

Je ne sais pas comment il faut lire cet entretien. Comme une illustration de la langue de bois, cette parole rigidifiée qui "scotche" les reponsables politiques à la ligne officielle de leur parti et les empêche de dire ce qu'ils pensent vraiment.
Ou, et c'est sans doute pire, comme la résultante d'une erreur cognitive, c'est à dire d'une incapacité à s'affranchir du schéma qu'on a adopté pour interpréter le monde qui nous entoure, ce qui du coup empêche de (sa)voir ce qui se passe vraiment. On reste prisonnier du cadre initial et on est incapable de percevoir ce qui n'est pas dans le cadre. (Par exemple, pour comprendre le dessin d'une main qui dessine une main il faut sortir du cadre et se rendre compte qu'il y a une troisième main, celle la personne "réelle" qui a dessiné ces deux mains).

En 2002, les socialistes avaient déjà été victimes d'une erreur cognitive particulière: la pensée en tunnel. Lionel Jospin et son équipe étaient tellement sûrs d'être au second tour qu'ils étaient aveugles aux événements conditionnant le premier tour. Ils ne voyaient que le bout du tunel (la campagne après le 1er tour) et ne voyaient pas ce qu'il y avait dans le tunnel (la campagne du 1er tour).

Plus sur ce sujet: CDPR?, chapitre 3

1 commentaire:

Philippe a dit…

Aurait-il fallu dire que la campagne va mal? N'oublions pas: quiconque commente participe au spin. Y compris vous!